Interview de Konspi

 

 

Qui es-tu ?

 « Konspi anciennement Le Konspirateur, rappeurs solo aussi membre du crew « Sismographe » après être passé par plusieurs groupes et collectifs avec lesquels j’ai évolué a des périodes différentes de ma vie (La Konspiration devenu plus tard l’Alchimie, le Marginal Crew, Deluxe Recordz, Hologram). »

 Comment es-tu entré dans la musique ?

 « D’abord en tant qu’auditeur vers 90/91 quand on m’a passé une cassette ou sur une face il y avait des sessions de radio Nova et sur l’autre du Public Enemy. J’ai pris une claque et j’ai commencé à écouter tous ce que je pouvais en rap jusqu’à 95 ou j’ai commencé à faire des impros puis rapidement écrire des textes en 96. »

 Pourquoi ?

 « Parce que j’étais révolté, j’avais de gros problèmes familiaux qui m’ont séparé de ma mère, jetais entre les internats et les foyers d’accueil, la colère avait besoin de sortir. »

 Il y a t il eu un événement spécifique qui a déclenché ton investissement ?

 « Oui, outre ce que je te disais dans ma réponse précédente j’avais au foyer avec un des rappeurs du groupe ATK à l’époque où ils préparaient le EP

« Micro Test », c’est là que je me suis dit : Si lui le fait pourquoi pas moi ? »

 Quelles sont les rencontres qui t’ont le plus marqué dans ton parcours artistique ?

 « Antilopsa, Papifredo »

Que t’ont elles apportées ?

 « Antilopsa car c’est le premier mc que j’ai vu rapper en vrai devant moi, il a matérialisé la faisabilité de rapper sérieusement dans ma tête (plus qu’une influence artistique même si j’ai toujours kiffé ATK) car a l’époque les rappeurs t’en avait pas pleins les rues et surtout il n’y avait pas internet !

 Papifredo qui est la personne la plus passionnée que j’ai rencontré. La première fois qu’il est venu chez moi j’étais déjà fan de sa musique, j’avais rodé son album et ses apparitions sur la compil « Guet-Apens » de Tintin et Weedy d’Expression Direct mais c’est surtout au niveau de l’état d’esprit qu’il a changé la donne dans la façon de voir le rap et son industrie. Pour résumer, moi à cette époque j’étais à fond dans l’envie de percé, j’avais arrêté l’école, j’étais déterminé de ouf ; lui il avait déjà connu le succès et la reconnaissance et il avait le recul nécessaire sur le rap jeu, il en était revenu et la seule chose qu’il me disait c’est « Balance du son, viens on rap, le reste on s’en fout c’est que de la musique ». »

 Comment se déroule ton processus de création? Comment choisis tu les thèmes que tu abordes, les prods ? 

 « En général ça part d’une prod qui m’inspire, face B ou face A peu importe, puis soi il y a un sujet que je voulais traiter depuis longtemps que j’ai dans un coin de ma tête, soit un truc qui m’a énervé dans l’actualité ou dans ma vie  et c’est le déclencheur. Je n’écris jamais de fiction ou d’histoires vécus par les autres, en 20 ans j’ai dû faire un storytelling ou deux au maximum. »

 As-tu des boucles de prédilections, des inspirations spécifiques, des thèmes qui te tiennes à coeur plus que d’autres ?

 « Y a des prods j’ai écrit des milliers de mesures dessus lol comme Shook One et Survival of the fittest de Moob Deep, Ice Cream, Triumph et d’autres du Wu Tang Clan. A une époque j’étais resté bloqué sur la prod de Gallégos du titre « Les Quartiers Chauffent » de la Cliqua j’écrivais plus que sur celle-là. Maintenant je suis beaucoup plus éclectique pour varier les vibes et la couleur des sons.

Pour les inspirations c’est mon parcours qui m’inspire le plus, les difficultés sociales et les injustices rencontrées aux quotidiens au fil des années. »

KONSPI & CRAKO « RIEN NE TOMBE DU CIEL » (Produced and cuts By DJ CLIF)

Quelle réaction attends-tu de ton public ?

 « Pour être franc à mon niveau je n’ai pas trop de public, mais ce que j’espère des 600 personnes qui me suivent sur ma page artiste, c’est la reconnaissance artistique pour le taf fournis et qu’ils se reconnaissent dans ma musique comme je me suis reconnu dans celle des mc’s qui m’ont influencés. »

 Comment qualifierais-tu ta musique, que voudrais tu qu’on en retienne ?

 « Que j’essaie de faire passer un message, que je n’engraine pas les petits vers le mauvais chemin et que ma musique c’est moi, c’est ma seule vraie passion. »

 Que penses-tu avoir à défendre aujourd’hui dans ton art ?

 « Difficile à dire, je ne pense pas trop à ça, je suis à un âge ou je pense que ce qui est important c’est d’être dans la transmission des valeurs du hip hop a une génération qui ne sait pas vraiment ce que c’est. »

 Comment envisages-tu la suite pour toi ?

 « Comme le passer, prendre du plaisir sans trop en attendre pour ne pas être déçu par la suite tout en essayant de continuer à progresser artistiquement »

 Quelles sont tes repères musicaux actuels? De qui te sens-tu proches ?

 « Si on parle de rap, je ne suis pas trop dans le débat le rap c’était mieux avant, il y a une génération de mc’s vraiment talentueux, ceux dont je me sens proche sont ceux qui transmettent le message et qui ont une démarche artistique bien à eux.

Mes repères musicaux restent en revanche les mêmes depuis toujours, par mes parents j’ai écouté Renaud, Georges Brassens, Jackson puis du Reggae avant de finalement découvrir le rap, qui lui-même m’a ouvert à la Soul dont beaucoup de samples de hip hop des années 90 sont tirés. »

Quels sont tes projets à venir?

 « Je suis toujours sur la promo de mon projet « Archives » qui est un cd de titres inédits qui n’étaient jamais sorties que je vends de la main à la main ou via Bancamp. Je suis actuellement sur la réalisation de mon album solo et je finalise aussi un EP en collaboration avec Crako qui devrait arriver prochainement. Nous allons aussi sortir avec Sismographe une édition collector double cd du projet « Sismogram » en début d’année 2017. Il y a pas mal de concert de prévu pour 2017 avec mon pote Oner mais pour l’instant je ne peux pas en dire plus 😉 . »

 Si tu avais une baguette magique et que tu pouvais transformer le milieu en un coup, que ferais-tu ?

 « Je supprimerais l’argent qui n’a rien à faire dans l’art, on pourrait très facilement faire du troc avec les compétences artistiques de chacun, ça n’a rien d’utopiste ! »

 Qu’est-ce qui te paraît essentiel aujourd’hui à promouvoir ?

 « La même chose qu’à la naissance du hip hop même si cela parait  has been, « Peace, unity, love & having fun », on n’est pas tous dans le même bateau mais on peut ramer dans la même direction. »

Konspi Feat Oner & Warren Clinton -Je rêve d’être ailleurs (Prod Oner)